Pour nous éviter de payer au prix fort la facture de la crise du coronavirus, et aussi surmonter sereinement la monstrueuse crise monétaire et financière qui pourrait en découler, nous pouvons créer et utiliser une Coopérative Inter-régionale d’Echanges.

Qu’est-ce qu’une Coopérative Inter-régionale d’Echanges (CIE)

Les objectifs et le fonctionnement d’un tel organisme ont déjà été décrit il y a plusieurs années déjà (article agoravox 2011 *). Ses mécanismes de fonctionnement ont été élaborés et expérimentés dans le SEL de Saint Quentin en Yvelines entre 1995 et 2001 (article gratice 1999 *). Nous les rappellerons et les repréciserons progressivement dans les prochains articles.

Cette coopérative peut être créée en toute indépendance des institutions financières gouvernementales nationales et internationales. Les coopérateurs constitueront un réseau d’acteurs économiques et sociaux, particuliers et entreprises, pouvant réaliser entre eux des échanges économiques et sociaux, sans transaction financière, c’est-à-dire sans passer par une banque. Cela permet par conséquent de ne pas être soumis aux contraintes bancaires, mais aussi de ne pas craindre les éventuelles défaillances des banques, voire un possible effondrement du système bancaire.

Les avantages fondamentaux de la Coopérative Inter-régionale d’Echange

Ainsi, cette coopérative nous permettra de :

  • disposer d’un système monétaire interne, sous la forme de comptes de compensation (présentation CIEDESS*), insensible aux crises monétaires externes,
  • changer les règles du système monétaire et financier actuel, responsable d’une bonne partie des désordres économiques et sociaux actuels,
  • mettre en œuvre une assurance économique, de manière à sécuriser la pérennité de l’activité économique interne au réseau,
  • définir et mettre en œuvre notre propre politique économique, sociale et environnementale, répondant aux enjeux actuels,
  • en particulier, de définir et mettre en œuvre notre vision de la mondialisation, sans se faire imposer une mondialisation sauvage.

Cette coopérative se présente donc comme le croisement d’une banque centrale, d’une assurance économique et d’un ministère de l’économie.

Pour prendre date : un bulletin d’intention de souscription

Pour fonctionner, cette coopérative doit réunir, dès le départ de l’ordre de un million de coopérateurs, dont environ 100000 entreprises (nous approfondirons ce point dans un prochain article). Il est clair que réunir un réseau d’une telle taille en un temps relativement court (6 mois-un an), compatible avec la création d’une dynamique de développement efficace, n’est pas chose facile !!!

C’est pour cette raison que nous vous demandons de vous inscrire dès maintenant pour une intention de souscription, et de vous mobiliser pour partager nos articles pour multiplier les promesses de souscriptions de manière virale.

Pour démarrer cette coopérative, il est nécessaire, aussi, de réunir un budget de l’ordre de 10 millions d’€ (nous expliquerons les différents pourquoi dans un prochain article). Ce qui représente donc une part de 10€ pour un coopérateur fondateur.

Dans un premier temps, il n’est pas nécessaire de régler le montant de la souscription de 10€. Car tant que le nombre de coopérateurs n’approche pas des un million, la coopérative ne peut pas raisonnablement démarrer (nous y reviendrons aussi ultérieurement). Nous avons simplement besoin aujourd’hui de votre engagement de souscription, pour le jour où les conditions de démarrage seront réunies.

Nous détaillerons aussi au cours des prochains articles la manière de développer cette coopérative, et en particulier la manière dont vous pouvez y contribuer, pourquoi pas en accumulant des « points » que vous pourrez utiliser lorsqu’elle démarrera effectivement.

En effet, vous pouvez nous aidez, vous aider, à faire naître cet ambition projet, car nous avons nous-mêmes quelques idées et compétences pour cela, mais vous en avez aussi probablement encore plus. N’hésitez pas à nous envoyer vos questions et suggestions en commentaires.

Sur le même sujet

Et partagez et commentez sans modération