« Le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication, .définition du télétravail donné par l’article L.1222-9 du Code du Travail :

Le gouvernement a adopté cette nouvelle méthode de travail en l’encadrant juridiquement. Le télétravailleur devra utiliser les technologies de l’information et de la communication tels qu’Internet, ordinateur, téléphone,…pour faire du télétravail. Il s’effectue soit, à la maison soit, dans un Tiers-Lieux.

Historique du télétravail

Retour sur l’arrivé du télétravail dans notre société. L’histoire est retracée grâce à deux articles, le premiers étant le dynamique mag montrant les avantages et les inconvénients du télétravail publié le 24/09/2016 par Julien Nishimata et le second sur le site RSE pro « Ce qu’il faut savoir sur le télétravail… » publié le 09/03/2017 par Philippe Fiorentino.

Des années 50 aux années 90

Les premiers signes du télétravail apparaissent en 1950 où Norbert Wiener alors architecte supervise depuis l’Europe la construction d’un bâtiment aux Etats-Unis. Norbert Wiener utilise des moyens de transmission de données pour suivre l’avancé des travaux. Les véritables notions du télétravail viennent de l’invention du fax et du téléphone en 1970 porté par le terme “Téléwork”. « Téléwork » est apparu pour la première fois dans un article du Washington Post. Ensuite, c’est le développement des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) dans les années 1990 qui intègre de façon définitive le télétravail comme nouvelle méthode de travail.

Les années 2000

C’est en 2002 qu’un accord est tombé au niveau européen qui renforce les droits et la sécurité de ce nouveau monde de travail. Au niveau national, le Président de la République Emmanuel Macron a intégré définitivement le télétravailleur comme mode de travail avec les ordonnances Macron du 22 septembre 2017. Il donne une définition au télétravail avec le statut et les droits du télétravailleur.

Les différents contextes du télétravail

Le télétravail est arrivé dans différents contextes. Il rentre dans le cadre de la technologie, l’écologie, du transport du social et de la politique.

Le contexte technologique

Tout d’abord le contexte technologique avec l’apparition des NTIC dans les années 90, pour pratiquer le télétravail, il suffit d’avoir un ordinateur et une connexion internet. C’est donc grâce aux NTIC que le télétravail est apparu comme précisé précédemment. Par la suite, un bon nombre d’application ont permis la rapidité et la sécurisation des échanges, ainsi que des évolutions sur les communications avec l’avènement des visioconférences.

Le contexte écologique

Selon le Centre for Economics and Business Research de 2012, “chaque automobiliste passe une moyenne de 47 heures bloqué dans des embouteillages. Cette perte de temps coûtent chaque année pas moins de 5,9 milliards d’euros à l’économie française. 568 millions d’euros sont perdus dans le « carburant gaspillé », 3,5 milliards dans le temps ainsi perdu, et 1,8 milliard se répercutent sur les prix à la consommation. Soit une dépense de 677 € par foyer« . Cette étude a été mené à Paris qui concentre 40% des embouteillages français.

Principalement le télétravail réduit l’impact énergétique dû aux transports pour rejoindre son entreprise. Grâce au télétravail, le transport des salariés est minimisé en travaillant soit chez soi, soit dans un Tiers-Lieux.
Selon une enquête de la DGE publié en 2012, le télétravail apporterai jusqu’à 30% d’économie sur la surface immobilière de l’employeur. Le télétravail réduit le nombre d’espace qu’il faut pour chaque salarié dans une entreprise, ce qui limite le coût de l’immobilier pour l’employeur.

Le contexte sociétale

En outre, le télétravail s’est accentué dans un contexte sociétale où fatigue et stress au travail marquent les esprits. D’après une étude du cabinet Stimulus, 24% des salariés français se trouvent dans une situation d’hyper-stress au travail. Ils peuvent avec le télétravail ajuster leurs horaires, sans avoir leur employeur ou manager sur le dos ou le stress d’arriver en retard.

Le contexte politique et RH

Tout d’abord au niveau européen, puis à l’échelle nationale, le télétravail a su s’imposer dans le monde du travail.

Au niveau européen

C’est alors que le contexte politique est arrivé. Les politiques se sont renseignés sur cette nouvelle méthode de travail. Et, c’est en 2002 que les partenaires sociaux européens ont trouvé un accord-cadre européen sur le travail hors des locaux de l’entreprise. L’article Télétravail, un accord-cadre historique de Mathilde LANDIN publié le 23 juillet 2012 dans l’express entrepreneurial en parle. Cet accord européen découle une plus grande flexibilité et sécurité sur ce nouveau mode de travail. Le télétravailleur bénéficie désormais des mêmes droits que le travailleur effectuant son travail dans les locaux de son entreprise. Le but est de concilier sécurité et flexibilité dans ce nouveau mode de travail.

Au niveau national

En France, le gouvernement a encadré le télétravail par l’ordonnance Macron du 22 septembre 2017. Celle-ci est très bien expliquée par OCEAN AVOCATS dans l’article Ordonnance Macron : l’évolution du télétravail publié par BERJOT Xavier. Depuis, le travail hors des locaux de l’entreprise est défini par le code du travail, il est reconnu comme une méthode de travailler. De plus, il apporte des précisions sur sa mise en place, les droits du télétravailleur et de son employeur et enfin sur les équipements du télétravailleur.

En conclusion

Pour conclure,aujourd’hui le télétravail est mis en place dans les entreprises en permettant aux employés de travailler depuis leur domicile. Cet usage est un début, mais trouve ses limites. Avec la généralisation des Tiers-Lieux et autres espaces de coworking, une nouvelle approche brisant l’isolement du télétravailleur ou du salarié en home-office commence à apparaître sur l’ensemble du territoire.